Navigation principale

Navigation contextuelle

Vous êtes dans : paysages > PRESENTATION > Conclusion

Conclusion

L’Atlas des paysages de la Haute-Normandie constitue un document de référence pour une connaissance partagée des paysages hauts-normands : leurs diversités, leurs caractéristiques, leurs fondements naturels, humains et culturels, leurs dynamiques de transformation y sont explicités. Véritables «carte d’identité» de la Haute-Normandie, ces paysages ne peuvent plus être considérés comme la simple résultante hasardeuse des politiques sectorielles qui font - et défont - le territoire.

Ils doivent désormais, au-delà de la connaissance et de la conscience partagée des enjeux, devenir l’expression d’une ambition politique pour la qualité du territoire. Des «objectifs de qualité paysagère» (selon la convention européenne du paysage) doivent être définis de façon partagée pour guider les politiques sectorielles. Ce renversement de perspective (le paysage comme projet et non plus comme résultante) nécessite un travail de fond porté dans la durée auprès des acteurs de l’aménagement.

Il pourrait prendre la forme d’une «charte pour la qualité du cadre de vie en Haute-Normandie», signée par les acteurs, mise en oeuvre par des programmes pluri-annuels, animée et actualisée en permanence. Outre l’identification et le partage des «objectifs de qualité paysagère», la charte permettrait de poser les principes d’actions, d’identifier les acteurs concernés et partenaires à mobiliser, de faire état des outils existants et de mettre en oeuvre des programmes d’actions spécifiques.

C’est cette politique vivante et ambitieuse en faveur d’un cadre de vie de qualité qui est aujourd’hui à lancer. Puisse le présent Atlas y contribuer !

L’Atlas des paysages de la Haute-Normandie constitue un document de référence pour une connaissance partagée des paysages hauts-normands : leurs diversités, leurs caractéristiques, leurs fondements naturels, humains et culturels, leurs dynamiques de transformation y sont explicités. Véritables «carte d’identité» de la Haute-Normandie, ces paysages ne peuvent plus être considérés comme la simple résultante hasardeuse des politiques sectorielles qui font - et défont - le territoire. Ils doivent désormais, au-delà de la connaissance et de la conscience partagée des enjeux, devenir l’expression d’une ambition politique pour la qualité du territoire. Des «objectifs de qualité paysagère» (selon la convention européenne du paysage) doivent être définis de façon partagée pour guider les politiques sectorielles. Ce renversement de perspective (le paysage comme projet et non plus comme résultante) nécessite un travail de fond porté dans la durée auprès des acteurs de l’aménagement. Il pourrait prendre la forme d’une «charte pour la qualité du cadre de vie en Haute-Normandie», signée par les acteurs, mise en oeuvre par des programmes pluri-annuels, animée et actualisée en permanence. Outre l’identification et le partage des «objectifs de qualité paysagère», la charte permettrait de poser les principes d’actions, d’identifier les acteurs concernés et partenaires à mobiliser, de faire état des outils existants et de mettre en oeuvre des programmes d’actions spécifiques.C’est cette politique vivante et ambitieuse en faveur d’un cadre de vie de qualité qui est aujourd’hui à lancer. Puisse le présent Atlas y contribuer !